Contrexpertise environnementale

  • Tiers avis dans les cas de litiges environnementaux;
  • Utilisation d'outils de criminalistique environnementale (« forensics ») pour retracer l'origine d'une contamination et départager les responsabilités dans le cas de contaminations croisées.

Lorsqu’un contaminant est émis dans l’environnement, il subit toute une série de transformations, telles la dispersion et l’évolution de son état (volatilisation, solubilisation, dégradation…). La géostatistique et la modélisation des résultats permettent de constituer une toile de fond qui permet de mieux comprendre l’origine et la nature de la contamination (âge relatif, contaminations croisées…).

Des analyses chimiques spécialisées peuvent ensuite aider à préciser la situation et répondre aux questions qui sont au cœur du litige.

Le but est toujours de favoriser les ententes hors-cour en se basant sur des données objectives pour éviter les coûts juridiques parfois élevés.